À propos

En quelle langue ce site est-il rédigé ?

En volapük. Oui, vous avez bien lu, cette langue auxiliaire internationale construite au xixe siècle par le prêtre allemand J.M. Schleyer vit toujours, réformée dans les années 20 et 30 par le néerlandais Arie de Jong, même si elle a abandonné toute prétention politique.

Évidemment, le volapük n’a plus derrière lui le grand mouvement des premières années ; de peut-être un million de locuteurs en 1889, on n’en compte plus guère que quelques dizaines aujourd’hui.

Si vous voulez en savoir plus sur l’histoire et la grammaire du volapük, je ne peux que vous conseiller de lire sa page Wikipédia, très complète et bien sourcée. Si ce que vous avez lu vous a convaincu, vous pouvez essayer de l’apprendre grâce aux leçons disponibles sur le site Chez le glossopoète. Si vous savez l’anglais, le site volapük.com est la source d’information la plus complète sur internet avec des cours, des grammaires, des textes et des dictionnaires. Si vous voulez discuter avec des volapükistes, de préférence en volapük ou en anglais, vous pouvez adhérer au groupe Facebook du volapük.

Qu’est-ce que Vög Volapüka ?

Une fois que vous saurez cette langue, vous aurez accès entre autre à Vög Volapüka (« La Voix du volapük »), qui est la revue en ligne officielle du « Sog bevünetik Volapüka », l’association internationale du volapük.

La revue, dirigée par le Cifal Hermann Philipps, publie chaque mois des conseils grammaticaux, des textes littéraires traduits ou originaux, des nouvelles du mouvement, des décrets de l’académie …, uniquement en volapük.

C’est cette revue que ce site propose à la lecture, et qui permet à ses lecteurs de discuter ses articles.